#flashinfo, 24 juin. Développement d'une filière industrielle de proximité. Les avantages d’une localisation en Roumanie

Dans le contexte de la crise sanitaire, la supply chain a été critique pour beaucoup de secteurs. Le transport, la disponibilité des marchandises ont beaucoup retardé les flux de production, menaçant la continuité des affaires pour des secteurs comme le retail, l’agroalimentaire, l’automobile etc.

Post COVID, les entreprises se posent la question sur leurs options et la diversification des implantations comme une opportunité pour être plus près de ses fournisseurs et de ses marchés et sécuriser ainsi sa relation dans un environnement de volatilité.

Aussi, l’objectif de ce webinaire était de mettre en perspective les avantages de relocaliser une partie des activités des entreprises dans un pays comme la Roumanie et comment une PME peut construire une stratégie de diversification de ses sites pour être plus près de ses clients.

La Roumanie présente quelques avantages  en termes de relocation :

  • La proximité géographique et culturelle par rapport à la France
  • La connectivité physique (par les voies aériennes, portuaires et routières) et digitale (taus de (Infrastructures IT, Taux de pénétration internet)
  • Les compétences (éducation, spécialisation technique, compétences linguistiques)
  • La présence française dans de nombreux secteurs tels que l’industrie automobile, l’aéronautique, Banques et assurances, Télécom, Agroalimentaire, Pharmacie, l’Energie, l’environnement, le BTP, le Retail, ou encor les NTIC

 « On peut dit que, si un investisseur avait investi dans l'économie roumaine, un euro en 2000, de cet euro, il aurait obtenu 7 euros en 2019 », Alexandru Mitroi (Senior Adviser- InvestRomania)

La Roumanie est un relais de croissance pour les entreprises car :

    • La taille du marché intérieur : le plus grand marché de l’Europe du Sud-Est avec 20 millions de consommateurs
    • Une croissance soutenue
    • Un stock d'investissements étrangers fin 2019 en Roumanie qui s'élevait à près de 90 milliards d'euros, soit 40% des investissements étrangers en PIB.
    • Une politique fiscale avantageuse (IR, IS, exemption construction et taxe urbanisme pour les investisseurs qui établissent des sites de fabrication ou des bureaux dans un parc industriel, exemption d’IR pour la population IT…)
      • Un soutien à l’investissement : Les investisseurs peuvent demander des aides d'État pour des projets d'investissements étrangers sur le marché roumain, pour des investissements supérieurs à 1 million d'euros.
      • Pour tout investissement dans la production de plus d'un million d'euros, l'État roumain finance 50% du coût d'investissement (ce qui représente plus que la plupart des autres pays d’Europe de l’est)

 

La Roumanie est également un levier de compétitivité pour les entreprises :  le salaire minimum reste compétitif en Europe, malgré la convergence de croissance économique de la Roumanie avec les autres économies européennes.  La main d’oeuvre roumain est bien éduquée et parle plusieurs langues étrangères (presque tous les étudiants parlent Anglais, 1 étudiant sur 4 parle Français, et 1 sur 6 parle Espagnol). Sans oublier la stabilité du taux du change et de l’inflation, malgré les problèmes économiques.

 

Parmi les filières porteuses, l’Industrie automobile et son écosystème de 600 usines présentes en Roumanie, avec les success stories de :

  • Renault Dacia (5 milliards d’Euro Chiffre d’affaires , 350 000 automobile produits)
  • Michelin (trois usines de fabrication de pneus et de corde métallique,5000 personnes en Roumanie)
  • Faurecia  (5 usines en Roumanie et Presque 4000 million employés)
  • Valeo (deux usines de  2000  milles d’employés en Roumanie, une usine a Timiosara pour la production de systèmes d'éclairage automobile et une usine a Pitesti pour la production de systèmes de climatisation)

Mais également l’industrie aérospatiale, les Bio-industries, les industries créatives ou encore l’agriculture, qui présente un immense potentiel de gains de productivité.

Pour un groupe industriel francais, le choix d’implantations internationales a été entrepris pour répondre à chaque fois à de nouveaux enjeux :

  • Accompagnement de clients internationaux
  • Développement de marché sur de nouvelles zones
  • Développement de nouvelles activités

Les positionnements sont souvent stratégiques et complémentaires, note Damien Gonzales, PDG de Gonzales Industrie.  « En France sont adressés les projets complexes de conception sur les domaines du nucléaires, la défense ou le spatial, tandis que la Roumanie et le Vietnam sont davantage positionnés sur les activités de fabrication. »

S’agissant en particulier de la Roumanie, le choix de Damien Gonzales a été motivé par plusieurs critères :

  • La culture mécanique
  • L’ouverture sur l’innovation
  • La main d’œuvre multilingue
  • Le soutien économique aux entreprises
  • La compétitivité de salaires

La robotisation en Roumanie représente à la fois une nécessité car la Roumanie fait face a un exode des personnels les plus qualifies à l’étranger et donc permet de combler ce déficit mais également une opportunité car qu’elle fait partie intégrante des équipements vendus et de l’automatisation des lignes de production.

Plus d'actualités

Toutes les news

Partager cette page Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur Linkedin

Fermer

Vous débutez à l'export ?