Membres

Entretien avec Marco Pannunzio, Total Roumanie

Qui êtes-vous? 

J’ai 54 ans, je suis italien et j’ai eu la chance de travailler dans plusieurs pays, comme l’Angleterre, la Tchéquie, la Slovaquie, l’Autriche et la Hongrie. Toute ma carrière s’est déroulée dans le marché pétrolier. J’ai commencé auprès de Fina en 1985 et j’ai expérimenté les différentes fusions et  joint-ventures. Maintenant je me trouve ici en Roumanie  travailler pour TOTAL Roumanie.

Grâce a cette longue expérience j’ai couvert tous les rôles commerciaux de la branche Marketing & Services.

 

Pourquoi investir en Roumanie?

La réalité de la Roumanie est méconnue à l’étranger mais une fois que l’on est ici on comprend immédiatement le potentiel de ce marché. Un bon niveau de connaissance des langues étrangères, de bonnes compétences techniques en certains domaines représentent des atouts pour les investissements dans ce pays. Bien sûr on envisage quelques difficultés aussi: avec une bureaucratie qui pourrait être améliorée;des infrastructures faibles qui ne permettent pas d’avoir une vision claire pour l’avenir; Ce dernier désavantage représente toutefois le plus grand défi pour les investisseurs parce que c’est là que se trouve le plus grand potentiel de ce pays.


Quelle tendance pour votre secteur en 2018?

Le secteur pétrolier passe par un processus de changement radical. Notre groupe cherche toujours de s’adapter à ce que le marché des prochaines décennies demandera, en utilisant de nouvelles énergies et en identifiant des matériaux innovatifs pour nos produits.

Avec son usine de production de lubrifiants destinés soit au marché interne soit à l’exportation, son dépôt de bitume situé au centre du pays, Total Roumanie profite pleinement de la croissance économique de l’Europe Orientale. A côté de ces marchés déjà consolidés on essaie toujours de compléter notre gamme d’offre pour répondre à un marché qui demande de plus en plus spécialités plutôt que commodités.

Mais le groupe Total en Roumanie ne se limite pas à investir dans le business : en 2017 le groupe Total a ouvert à  Bucharest un centre de services partagés pour toutes les activités comptables des filiales européennes, américaines et de l’Afrique francophone. Une organisation qui lorsqu’elle sera complète comptera plus de 400 personnes. Une vraie démonstration de grande confiance envers la Roumanie.

 

Un mot pour la CCIFER 

Le rôle d’une chambre de commerce est de s’adapter aux nécessitées de tous les membres. Bien sûr c’est difficile, mais je pense que l’équipe de la CCIFER joue ce rôle très bien. Le contact, les informations, la disponibilité, le networking sont toutes activités très bien gérées et qui donnent une valeur ajoutée aux services rendus.

On a travaillé sur plusieurs projets ensemble et les succès a été atteint grâce au travail professionnel de toutes les équipes. 

Je pense que, en tant que membres de la CCIFER, c’est à tous nous de soutenir cette équipe avec une grande participation à la vie de la Chambre. 

Partager cette page Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur Linkedin

Fermer

Vous débutez à l'export ?