Membres

Entretien avec Richard Sentkar, BNP Paribas Roumanie

Qui êtes vous?

Depuis août 2015, je suis le directeur de territoire du groupe BNP Paribas en Roumanie et le directeur général de BNP Paribas Paris S.A, succursale de Bucarest. Depuis 1989 chez BNP Paribas, j’ai eu l’occasion de travailler dans 5 pays, dont le Brésil, le Portugal, le siège à Paris, le Venezuela et BNP Paribas Suisse à Genève, principalement dans les financements structurés internationaux, la direction de territoires et la relation grands clients. Ma première visite à Bucarest remonte à 1998 en tant que responsable adjoint des financements export pour l’Amérique Latine et l’Europe de l’Est, où nous avions signé pour CFR un crédit export ECLAT (avec soutien conjoint EBRD et COFACE). 

 

Pourquoi investir en Roumanie?

L’intégration de la Roumanie dans l’Union Européenne a été le déclencheur du développement des entités du groupe BNP Paribas dans le pays, que sont la succursale bancaire de BNP Paribas S.A pour les entreprises, Cetelem, Arval, BNP Paribas Leasing Solutions, Cardif et BNP Paribas Real Estate. Ceux sont au total environ 1000 personnes, y compris nos collègues de Central Europe Technologies qui travaillent pour l’ensemble des entités de Cetelem dans le monde.

La Roumanie a une vraie culture d’ouverture aux investissements étrangers qui, associée à la forte qualité et l’implication professionnelle des Roumains ainsi que la mise en place de la gouvernance et des réglementations européennes, présente un environnement idéal pour offrir à nos clients en Roumanie les solutions du groupe BNP Paribas. Les forts taux de croissance économiques de ces dernières années alliés à une politique monétaire adéquate et un endettement très limité contribuent à ce contexte positif.

 

Quelle tendance pour votre secteur en 2018?

Le secteur bancaire roumain continue son processus de consolidation, ce qui devrait le renforcer. Le régulateur qu’est la Banque Centrale de Roumanie est très soucieux de l’efficacité et de la sécurité du système. Par ailleurs, les solutions digitales sont l’avenir de l’activité bancaire, et la Roumanie s’affirme comme un acteur de plus en plus important dans les nouvelles technologies, à la fois par l’offre de ses experts et par la demande d’une nouvelle génération d’utilisateurs. Nous espérons également que les projets d’infrastructures publiques et d’investissement des entreprises croitront significativement et entraineront un réel développement du marché des capitaux et des financements structurés.

 

Un mot pour la CCIFER

La CCIFER joue un rôle très actif pour soutenir ses membres et travailler à des solutions concrètes à travers ses groupes de travail. Les livres blancs sur l’énergie, l’agriculture, la compétitivité et la construction en sont des résultats tangibles. Dans ce cadre, un groupe de travail santé a été mis en place,  que j’ai l’honneur de coordonner, avec pour objectifs principaux de proposer des améliorations concernant la prévention, l’accès aux soins, le développement des hôpitaux et les financements du système de santé. Les nouvelles technologies et les soins ambulatoires sont au cœur des discussions. Un nombre croissant de partenaires français et roumains nous a rejoints dans cette initiative.

Plus d'actualités

Toutes les news

Partager cette page Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur Linkedin

Fermer

Vous débutez à l'export ?