Membres

Entretien avec Sofiane Benmaghnia, HOLCIM Roumanie

Qui êtes vous?

J’ai 41 ans, marié, deux enfants. Algérien d’origine, Canadien d’adoption, j’ai eu la chance de vivre, étudier et travailler dans pas moins de quinze pays sur 4 continents. Ma carrière dans le Groupe LafargeHolcim a commencé en 1999 à Montréal comme stagiaire en finance avec l’AIESEC*. Depuis, j’ai occupé plusieurs rôles fonctionnels et opérationnels, dont celui de Directeur Général des opérations roumaines depuis deux ans maintenant.  

 

Pourquoi investir en Roumanie?

Pays connu pour la qualité de sa formation, sa main d’œuvre productive, et son appétit pour l’innovation et les nouvelles technologies, la Roumanie est une destination prisée en Europe de l’Est pour les Investissements Directs Etrangers. Cela se traduit par une croissance continue du PIB depuis quelques années, croissance qui rejaillit positivement sur l’ensemble de la population et se traduit par une amélioration continue du niveau de vie. Les Roumains, de plus en plus urbains, aspirent désormais à vivre dans des logements et travailler dans des bureaux ou des sites industriels spacieux, fonctionnels, confortables et respectueux de l’espace et de l’environnement. Autant de domaines dans lesquels le Groupe LafargeHolcim offre une gamme complète et innovante de solutions pour répondre aux défis des tendances actuelles : urbanisation rapide, minimisation de l’empreinte écologique, digitalisation etc… Bien évidemment un travail conséquent doit encore être fait sur les infrastructures afin d’accompagner cette dynamique positive visant à améliorer la compétitivité et renforcer l’attractivité de la Roumanie. 

 

Quelle tendance pour votre secteur en 2018?

Notre secteur continue de souffrir du manque d’infrastructures en Roumanie, et se retrouve doublement pénalisé. A l’absence d’activité liée à ce segment important de notre marché s’ajoute le renchérissement de nos couts de logistique du fait de l’augmentation notable du trafic sur des routes et des chemins de fer largement congestionnés, ayant souvent dépassé leur durée de vie nominale. Heureusement, nous voyons l’activité résidentielle, commerciale et industrielle se maintenir en 2018, et ce, malgré le risque de surchauffe que nous ne pouvons exclure (augmentation des taux d’intérêt, pérennité du programme Prima Casa etc…). Nous restons toutefois confiants quant aux perspectives du secteur à moyen terme. 

 

Un mot pour la CCIFER

Nous sommes arrivés en Roumanie il y a de cela 20 ans. Nous avions déjà trouvé en la CCIFER un partenaire fiable qui nous a permis de mieux comprendre le marché, appréhender les enjeux et engager le dialogue avec des interlocuteurs clés quant à notre activité (pouvoirs publics, organisations patronales, syndicales etc…). Nous continuons aujourd’hui à promouvoir à travers notre collaboration tous azimuts avec la CCIFER et ses membres,  un savoir-faire unique que nous souhaitons mettre au service du secteur de la construction en Roumanie. La récente collaboration sur le thème des routes, des villes durables ou encore de la mobilité en sont une parfaite illustration.

Partager cette page Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur Linkedin

Fermer

Vous débutez à l'export ?