Communication - Presse  •  Veille

#flashinfo, 1 avril. Synthèse des mesures économiques de l’UE

Dans le contexte de l'une des crises les plus difficiles à gérer au niveau européen, chaque État tente de contrer l'impact négatif sur l'économie à travers de différentes mesures, en plus de la tentative de coordination collective au niveau de l'Union Européenne.

Pour l'instant, la principale question qui reste est la capacité du bloc communautaire à gérer la crise de manière unitaire.

            L'Union Européenne a activé sa réponse économique à la crise en proposant:

• Flexibilité des normes budgétaires européennes - activation de la clause de dérogation générale dans le Pacte de stabilité et de croissance).

• Révision des règles applicables aux régimes d'aides d'État - adoption d'un cadre temporaire prévoyant 5 types d'aides d'État permettant aux États de garantir que les entreprises de tous types disposent toujours de liquidités suffisantes.

• Initiative d'investissement pour la réponse aux coronavirus – ciblage de 37 milliards d'euros dans la politique de cohésion pour lutter contre la crise des coronavirus.

• Élargir le champ d'application du Fond de Solidarité de l'UE (800 millions d'euros) en incluant les crises de santé publique dans son champ d'application.

                  Le 27 mars, le Parlement Européen a approuvé, à travers le vote, l’ Initiative pour les investissements comme une réponse à coronavirus et l'extension du champ d'application du Fond de Solidarité de l'UE. Par ailleurs, la semaine dernière, la réserve de rescUE(ventilateurs, masques de protection et fournitures médicales essentielles) a été augmentée de 80 millions d'euros, une mesure qui a contraint l’élaboration d'un projet de budget rectificatif de l’UE, compte tenu les besoins de réorganisation des dépenses.

             En ce qui concerne les institutions financières et bancaires européennes, deux directions d'action ont été notées:  la supplémentation des fonds pour les prêts et des mesures pour les politiques monétaires.

             La Banque Européenne d'Investissements a mobilisé 40 millions d'euros pour des prêts, des systèmes de garantie et des lignes de liquidité. La Banque Centrale Européenne a proposé un paquet de politiques monétaires d'une valeur de 750 milliards d'euros pour les États et les entités privées. Dans le même temps, le Fonds Monétaire International a débloqué 50 milliards de dollars pour le financement rapide des États qui ont besoin de financement durant la pandémie.

Dans les Ḗtats européens au niveau national, la priorité est naturellement devenue celle de supplémenter les fonds pour le système de santé à travers tout instrument disponible. À part cela, il y a d’autres mesures aussi qui atteignent plusieurs dimensions telles que:

a. la suspension des paiements d'impôts et de crédits

b. des garanties pour les PME et les start-ups

c. la mobilisation des liquidités

d. le soutien du chômage technique et des horaires de travail flexibles

Dans ce contexte, il est également important de proposer un plan Marshall mondial compte tenu de l’impact massif de la crise actuelle, mais en plus de la note optimiste qu’offre un tel projet économique, la valence politique et le besoin intransigeant de coopération et de solidarité internationales ne doivent pas être négligés au détriment du nationalisme et de l'unilatéralisme.

Bien qu'une grande partie de l'attention soit dirigée vers l'Union Européenne, elle fait actuellement l'objet d'une reconfiguration budgétaire qui appelle l'attention de chaque État, en particulier d'un État comme la Roumanie qui a de grands besoins de financement et des conditions d'accès à des fonds flexibles. En fin de compte, cependant, les votes finals appartient à chaque État. Ainsi, il devient de plus en plus évident que la responsabilité individuelle doit être complétée par la responsabilité nationale en matière des politiques et des programmes de rééquilibrage de l'économie, mais aussi par celle européenne pour une réponse coordonnée qui privilégie la perspective à moyen et long terme de la reprise des économies, en assurant la santé des citoyens et leur accès aux services médicaux.

Partager cette page Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur Linkedin

Fermer

Vous débutez à l'export ?