Communication - Presse  •  Veille

#flashinfo, 5 mai. Une perspective sectorielle pour la reprise économique: industrie

Le 5 mai 2020, le CCIFER, en partenariat avec Confederation Patronale Concordia, a discuté des stratégies que les entreprises de l'industrie ont adoptées ces dernières semaines dans le contexte de la crise sanitaire générée par la propagation du COVID-19.

Intervenants :

• Cătălin CINDEA - Responsable Technique & Responsable HSEQ, Total Roumanie

• Cristian NEVZOREANU - Directeur du développement d'ACAROM et Conseiller Honoraire du Premier Ministre chargé de l'industrie

• Ligia IONESCU - Directrice Générale IMSAT, Groupe SNEF

• Guillaume LEURENT - Directeur Général Adjoint, Industrial Montaj

Modérateur: Radu BURNETE, Directeur exécutif, Confederaţia Patronală Concordia

 

Les aspects suivants ont été présentés :

 

      • Le stade de l'activité de production pendant la crise sanitaire, les perspectives de relance de la production, sa diversification:

• L'industrie automobile a été durement touchée, étant contrainte de fermer son activité pendant près de 4 semaines, ce qui a généré des pertes financières importantes, tant pour les entreprises productrices que pour les prestataires externes. La reprise de la production a été conditionnée par l'application de mesures extrêmement larges et coûteuses de protection des salariés: salles d'imagerie thermique à l'entrée, questionnaire adressé à chaque salarié, gestion très précise des fournisseurs entrant dans la plateforme de l'entreprise, tunnels de désinfection, masques, visières ; désinfectants, marquages ​​au sol, garantissant une distance minimale entre les personnes à la maison et au travail. De plus, les bus destinés au transport des employés ont été doublés.

• Pour l'usine de production Total, le personnel opérationnel a été divisé en deux groupes. Au début, l'activité de production a été réduite à 50%, en divisant par deux la production et en divisant le personnel en équipes sans contact les unes avec les autres, auxquelles s'ajoutaient le contrôle de la température, la désinfection, des mesures d'hygiène plus strictes. Progressivement, un assouplissement de ces règles a été réalisé, en accord avec l'évolution de la pandémie en Roumanie. Après 3 semaines, les 2 groupes ont commencé l'activité à 100%, dans des conditions différentes: quart de travail 1 et 2, sans contact entre les deux quarts. Des mesures spéciales ont été prises pour entrer et sortir de l'usine, désinfection des vestiaires, règles beaucoup plus drastiques à la cantine et au contact des personnes.

  • Relation avec les salariés (chômage technique, télétravail) & situation financière;

• Pour Total, la communication tant avec les salariés qu'avec les fournisseurs s'est basée sur la transparence et la confiance, grâce à un cadre bien réglementé, au travers de clauses contractuelles.

• Concernant ACAROM, la société a été directement impliquée dans l'aide à d'autres fournisseurs pour la fabrication de masques, sur des imprimantes 3D de l'industrie automobile, dans la fabrication de visières et autres plastiques. Elle a également repris de la France un projet de tube en forme de Y réalisé à l'aide d'imprimantes 3D, qui permet de connecter deux personnes à un respirateur. En ce qui concerne le chômage technique, la nécessité de sa prolongation de 3 à 6 mois et d'un système de gestion du temps de travail plus flexible a été soulignée. Si l'activité est partiellement reprise, il est recommandé de ne pas  rémunérer les employées que pour la période au cours de laquelle ils travaillent et le reste d'être rémunéré par les revenus de l'Etat.

• Chez IMSAT, pour le personnel exposé aux risques, on essaye d'assurer de bonnes conditions sanitaires et un autre type de transport a été proposé aux salariés: les minibus et les voitures.

• Au sein d'Industrial Montaj, des projets d'envergure ont été réalisés en contact étroit avec les clients et un projet de raffinerie a récemment été fermé.

        • Les vecteurs nécessaires pour sortir de la crise:

• Concernant ACAROM, elle a travaillé avec les autorités environnementales, gérant avec leur aide la mise en service d'un système en ligne pour la réalisation des projets Rabla.

• IMSAT participe à la construction d'hôpitaux modulaires à Elias et Brașov et, en même temps, est un partenaire Daruieste Viata pour l'hôpital Marie Curie.

• Pour Industrial Montaj 2020, c'est une année avec de très bons prémisses

La table ronde s'est poursuivie par une série de questions et réponses

Q: À l'heure actuelle, y a-t-il encore des problèmes liés aux matériaux sanitaires pour protéger les employés?

A: Nous utilisons souvent des masques. Notre personnel portait déjà des masques. Nous avions donc un stock pour protéger les gens. Nous n'avons pas pu nous approvisionner, mais nous n'avons eu aucun problème pour acheter des équipements de protection. Nous ne sommes pas une très grande entreprise - 200 personnes, nous avons donc été agiles dans les achats.

A: Oui, les masques sont très nécessaires dans l'industrie automobile. Nous avons fourni le nécessaire avec beaucoup d'efforts. Le sujet reste d'actualité et nous le traitons en encourageant les fournisseurs locaux à produire des marques et à les autoriser. Lorsqu'un produit est rare, il a tendance à devenir plus cher. C'est un problème majeur et nous y faisons face. Des initiatives ont été développées dans le pays, nous achetons auprès de fournisseurs du pays.

A: J'ai cherché des masques en interne, mais j'ai rempli certains critères. J'ai demandé l'avis de certains spécialistes. Tous les masques sur le marché n'offrent pas de protection. Nous nous sommes assuré que les masques ont une référence minimale. La recherche de ces matériaux sur le marché a été très difficile. Nous avons tous remarqué des offres de toutes sortes, mais qui ne respectent pas pleinement la référence. Non seulement trouver les masques, mais aussi la sélection sur le marché était à une époque très difficile. Je pense que la plupart de nos collègues ont rencontré ce problème. Il en va de même pour les désinfectants et les biocides. Chaque entreprise doit avoir une référence, un standard technique minimum. C'est ainsi que nous avons réussi à acheter les matériaux optimaux.

A: Au début, le masque n'était pas recommandé. Afin de trouver la meilleure solution pour nous tous, nous avons finalement réussi. Aujourd'hui, nous sommes tous stabilisés.

Q: Les mesures de sécurité ont-elles un impact sur les coûts? Combien ces mesures coûtent-elles par salarié et pensez-vous que ces coûts devront être transférés en prix, dans le contexte de la prolongation de la crise?

A: Oui. L'industrie automobile agit et dépense autant que nécessaire pour la sécurité des employés. Il est difficile de parler de chiffres. Chacun, mais encore mieux ensemble, nous pouvons penser à la production en Roumanie des équipements nécessaires. Ce qui est bon pour l'ensemble de l'économie et aura des conséquences sur la sécurité de l'approvisionnement et de meilleurs coûts.

Q: Nous voyons des discussions sur le raccourcissement des chaînes de production et la délocalisation des unités de production de l'Asie vers l'Europe. Dans vos industries, avez-vous commencé à regarder les chaînes de production que vous avez, pour voir ce qui pourrait être rapproché?

A : Pour ACAROM, c'est une étape permanente, même avant cette crise. Nous travaillons avec des entreprises existantes en Roumanie pour les stimuler. Ou nous travaillons pour attirer des entreprises qui ne sont pas encore présentes en Roumanie - par exemple les plastiques. Une autre approche est l'étain. La tôle nécessaire dans l'industrie automobile est une tôle galvanisée, que nous importons, bien qu'il soit normal de la produire à Galati. Les deux fabricants auraient des clients sérieux et permanents. Un autre exemple serait les roues en aluminium, pour lesquelles nous travaillons en partenariat avec Alro Slatina et qui seront produites en Roumanie.

A : La réflexion organisationnelle basée sur le risque a pour objectif ultime que toute entreprise trouve des opportunités. Les opportunités de développement peuvent être trouvées dans n'importe quelle situation de crise. Vous avez mentionné la partie des coûts plus tôt. Mais je mentionnerais également des aspects qui pourraient être positifs à long terme - par exemple le télétravail. En cette période de crise, les entreprises se sont concentrées sur la numérisation et le télétravail. Certaines entreprises ont investi dans des entreprises et des systèmes de travail à domicile. Ils sont gagnants en ce moment. Toute situation à risque peut être le promoteur du développement de l'entreprise et de la région.

Q: Quelles autres mesures de flexibilité du travail seraient utiles aux entreprises ou quelles dérogations au Code du travail pour une meilleure adaptation dans les prochains mois?

A :  On a eu une consultation entre l'industrie automobile et le Gouvernement. Concernant la modification du Code du travail, nous avons proposé: le Code du travail à modifier et le salarié de pouvoir décider unilatéralement de rendre le temps de travail plus flexible, de réduire le temps de travail à 4 jours par semaine et de prévoir des jours de repos en cas de force majeure. Il y a la possibilité des mesures de récupération des entreprises en cas de retour lent.

Q: Avez-vous une estimation pour l'industrie automobile? Quand la production de janvier devrait-elle être atteinte?

A : La production automobile est générée par la demande des clients, elle est difficile à estimer. Il s'agit de pouvoir connaître l'évolution de chaque pays et de chaque marché. Cela commence par l'ouverture légale afin que les clients puissent se rendre dans la salle d'exposition et qu'ils puissent avoir le confort d'une dépense importante comme l'achat d'une voiture. Et cela découle de la sécurité de l'emploi aujourd'hui. Il est compliqué d'émettre une prévision car c'est une analyse des pays au niveau européen. Ce que je peux dire, c'est que nous sommes optimistes, c'est pourquoi nous reprenons la production. Mais cela ne dépend pas seulement de notre volonté pour que tout se passe bien. La situation n'est pas très claire, mais la production reprendra, cela dépend aussi des mesures prises par chaque État.

Q: Estimez-vous que le soutien de l'État vous suffit, à vous et à vos fournisseurs, pour reprendre votre travail?

A : L'aide financière aux petites entreprises est du ressort du gouvernement. Il n'y a pas de politique spécifique pour l'industrie automobile. Il s'agit des mesures adoptées par le gouvernement - elles sont publiques, connues et évolutives. L'industrie automobile est une voix, mais elle n'est pas bénéficiaire d'un programme spécifique.

A: Le régime le plus important est soit IMM-invest, soit tous les régimes de garantie annoncés par le gouvernement. Certains avec de l'argent européen. C'est aussi le signal que nous avons vu au niveau européen,  pour que les entreprises aient accès au crédit de l'Etat à bas taux d'intérêt, afin qu'elles puissent continuer leur activité.

A: Nous avons postulé pour IMM-invest, c'est une plateforme qui fonctionne concrètement. J'ai reçu un avis positif. Le système d'application était numérique. Je n'ai eu aucun problème avec la deuxième application. Le premier était plus compliqué.

Q: Quelle est la plus grande difficulté en ce moment?

A: Pour IMSAT, il est important d'assurer la continuité des activités, en accordant une grande attention à la sécurité de chacun. Sinon, nous n'avons aucun résultat à la fin de la journée.

A: Toute période de crise nous offre de nouvelles opportunités, elle nous montre la flexibilité des entreprises dans lesquelles nous opérons. Une flexibilité qui ne peut avoir que des résultats positifs. Les valeurs les plus importantes sont la communication et la valeur humaine, dont nous devons tous prendre soin et tirer le meilleur parti. Ainsi, le résultat positif de toute activité viendra certainement. Chez Total, nous avons un slogan que nous avons promu le 30 avril, jour de la sécurité au travail - «Nos vies comptent» - employés, fournisseurs, clients et partenaires. Soyons en sécurité dans tout ce que nous faisons.

A: Accorder la priorité à la santé des employés - protéger les gens et se concentrer sur la communication avec eux. Ensuite, la reprise du marché, la demande de nos produits auprès des clients et les mesures d'accompagnement des autorités.

A: Il est de notre devoir d'assurer la sécurité des personnes. C'est dans l'intérêt de tous et c'est une longue action. C'est un processus qui prendra plusieurs mois. Une autre priorité est d'assurer la continuité des activités. Nous avons beaucoup de pression sur les flux de trésorerie - nous n'avons pas la forte capacité financière des multinationales.

Partager cette page Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur Linkedin

Fermer

Vous débutez à l'export ?