Membres

Portrait- Christian Derveloy, ARTA GRAFICA

Ce mois nous vous proposons de connaître M. Christian Derveloy, ARTA GRAFICA et administrateur CCIFER

Qui êtes-vous ? 

Je me suis intéressé à des investissements dans les pays de l’Est, dès l’année 1992 ; après avoir effectué un premier investissement en République tchèque, j’ai décidé d’investir en Roumanie en participant en 1993 à la privatisation de la société ARTA GRAFICA, une des premières sociétés roumaines à être privatisée.

ARTA GRAFICA était la meilleure imprimerie de Roumanie pour l’impression de beaux livres. Aujourd’hui, ARTA GRAFICA est devenu le leader roumain pour la fabrication d’agendas, notebooks et calendriers.

Dès la reprise de la société ARTA GRAFICA en 1993, j’ai eu pour politique de développer mes investissements en Roumanie autour de deux axes :

D’abord, l’activité d’imprimerie qui a été totalement modernisée avec l’achat d’équipements performants et la construction d’une nouvelle usine de 7000 m² à la périphérie de Bucarest. De nouveaux investissements de 3.500.000 EUR, ont été réalisés en 2014/2015 dans le cadre de deux programmes financés par des fonds EU.

Le second axe de mes investissements en Roumanie, a été de transformer en centre d’affaires, l’ancien site industriel de l’imprimerie situé au centre de Bucarest. Les bâtiments ont été totalement restructurés et transformés en bureaux modernes d’une surface totale de 15.000 m².

Par ces deux activités, ARTA GRAFICA réalise un chiffre d’affaires annuel de plus de 12 M EUR et emploie 150 personnes.

 

Quelle tendance pour votre secteur actuellement en Roumanie ? 

Le secteur d’activité dans lequel nous opérons est très sensible à la conjoncture : quand les affaires sont difficiles, l’un des premiers postes d’économie concerne la publicité, la communication, les objets promotionnels, etc…

Lors de la crise de 2008, nous avons eu pour la première fois, une baisse importante de nos ventes en Roumanie ; depuis, les affaires ont repris et nous bénéficions actuellement du contexte général qui est favorable aux entreprises en Roumanie, avec toutefois une demande qui est plus fragmentée que par le passé et la recherche permanente de nouveaux produits.

Le marché de l’exportation qui représente la moitié de notre activité est plus stable.

Le fait d’être présent sur les deux marchés, roumain et français, est pour nous un excellent facteur d’équilibre. 

Cette année, nous allons imprimer plus de 40.000.000 de feuilles et livrer près de 6.000.000 d’agendas, notebooks, calendriers et autres produits.

 

Quel est votre projet à la CCIFER ? 

Je prendrai comme exemple le Groupe de travail « Fonds EU », dont j’assure l’animation à la CCIFER ; le but du Groupe de travail est d’abord d’informer les membres de la Chambre des possibilités offertes aux entreprises non seulement dans le cadre des financements sous forme de « Fonds EU », mais aussi des financements sous formes d’aides d’état, ou apportés par certains établissements financiers particuliers, comme la BERD ou la BEI ; ensuite, nous souhaitons favoriser l’échange d’information et d’expérience entre les membres de la CCIFER.

Pour cela, nous organisons régulièrement des réunions avec des intervenants extérieurs : 6 réunions ont été organisées en 2015 et au moins six le seront en 2016.

A chaque réunion, nous avons eu de l’ordre de 30/40 participants, ce qui illustre l’intérêt de nos membres pour les sujets traités.

 

Que souhaitez-vous à la CCIFER pour ses 20 ans ? 

Avec 20 ans d’existence et de succès, la CCIFER a fait preuve d’un grand dynamisme et de sa capacité à s’adapter aux attentes de ses membres.

Aujourd’hui, la CCIFER a atteint une dimension « mature » et je pense que nous devons maintenant plus travailler sur le qualitatif que sur le quantitatif.

Les méthodes de gestion modernes, comme la digitalisation doivent faciliter cette évolution.

Les services dans tous les domaines offerts à nos membres doivent se diversifier ; tout naturellement il se créera des sous-groupes en fonction des affinités.

Je pense aussi que la CCIFER a acquis une crédibilité qui lui permet aujourd’hui d’apporter son point de vue au niveau national, dans les débats d’idées sur les grandes questions économiques et sociales qui sont essentielles pour le succès de nos entreprises demain.

Partager cette page Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur Linkedin

Fermer

Vous débutez à l'export ?