Membres

Portrait Guillaume Leurent, Industrial Montaj

Ce mois nous vous proposons de connaître M. Guillaume Leurent, Industrial Montaj et administrateur CCIFER

Qui êtes-vous ? Guillaume Leurent, 36 ans, et papa d'un garçon de 6 ans. Mon premier contact avec la Roumanie date de 2002 lorsque je suis venu travailler pour un groupe français pendant 3 ans. Je suis revenu en 2008,  pour développer une PME à capitaux Roumains.

Industrial Montaj est une entreprise spécialisée dans la construction et la maintenance pour les industries des procédés. Nous développons  les métiers suivants :

- Préparation et réalisation d'arrêt de maintenance d'unité de production

- Tuyauterie industrielle

- Charpente métallique

- Préparation et réalisation d'opération de levage.

- Fabrication d'installation modulaire & de skid.

Nous déployons nos compétences pour le compte de client tels que : Petrom, Rompetrol, Lukoil , Total, Unilever, Procter Gamble, Arcelor Mittal.

J'ai rejoint le Conseil d'administration de la chambre en Septembre 2015.

Quelle tendance pour votre secteur actuellement en Roumanie ? 

Le contexte macroéconomique et un cours de pétrole bas accentue la baisse des investissements et met le secteur sous pression.  Par ailleurs, en Roumanie, nous rencontrons une forte concurrence par la multiplicité des acteurs locaux (héritage d'une vieille tradition Roumaine dans l’Oil & Gas) ainsi qu'un accès très facile au marché pour la concurrence étrangère. Nous sommes donc dans un océan rouge.

Ce contexte est un stimulant pour être créatif, différenciant. C'est aussi source d'opportunité !!

Quel est votre projet à la CCIFER ?

La promotion de la Roumanie se fait notamment sur le slogan suivant : " Des salaires compétitifs, une force de travail hautement qualifiée, avec de très bonnes connaissances des langues étrangères". En tant que dirigeant d'une PME, je suis confronté à la raréfaction d'une force de travail qualifié mais aussi  à son exode.  Ceci est une réelle menace à terme pour la compétitivité de nos entreprises.

Mon projet au sein de la Chambre est de participer à la reconstruction des filières de formations professionnelles en Roumanie en nous assurant que les besoins de nos entreprises soient pris en compte par les instances du pays. La chambre vient de prendre position sur le projet de loi de la formation en alternance.

Parallèlement, nous souhaitons que la chambre apporte de nouveaux services à ses membres en bâtissant des formations professionnelles adhoc , en mutualisant les moyens permettant ainsi aux PMEs de former leurs équipes. 

Que souhaitez-vous à la CCIFER pour ses 20 ans ? 

Je vois la Chambre comme un phare.

Un phare  qui rayonne à travers les communautés d'affaires et d'entrepreneurs en Roumanie afin de représenter au mieux les intérêts de nos membres. 

Partager cette page Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur Linkedin

Fermer

Vous débutez à l'export ?